Contrairement aux prévisions, le déficit de la Sécurité sociale va augmenter en 2019

PUBLIÉ LE :
Contrairement aux prévisions, le déficit de la Sécurité sociale va augmenter en 2019
Adobe Stock

Le 25 septembre 2018, la Commission des comptes de la Sécurité sociale avait affirmé le redressement des comptes de la Sécurité sociale en 2018. Le gouvernement avait alors espéré, et annoncé, un retour à l’équilibre du régime général et du Fonds de solidarité vieillesse (FSV) pour 2019, tablant même sur un excédent de 700 millions d’euros.

Quelques mois plus tard, lors de ses vœux à la presse, Agnès Buzyn avait annoncé que le retour à l’équilibre pour 2019 était finalement compromis : « il va falloir revisiter ce calendrier. Évidemment, nous continuons de viser le retour à l’équilibre, mais je n’ai pas de date à vous donner aujourd’hui ». La raison de ce rétropédalage ? La loi portant mesures d’urgence économiques et sociales, réponse à la crise des Gilets jaunes.

Le dernier rapport de la Commission des comptes de la Sécurité sociale, publié le 11 juin, confirme l’hypothèse de la Ministre. Selon le document, le déficit de la sécurité sociale va bel et bien replonger en 2019 : dans le meilleur des scénarios, le déficit augmentera d’1,7 milliard d’euros. Dans le pire, il se creusera de 4,4 milliards.

Pour la Commission, plusieurs causes sont venues mettre à mal le retour à l’équilibre, tant espéré :

  • Le gouvernement avait attendu une progression de la masse salariale de 3,5 % sur la base d’hypothèses macro-économiques communes du PLF et PLFSS 2019. Cette croissance a finalement été « nettement inférieure à la prévision initiale», note le rapport de la Commission.
  • La « prime Macron» a également eu son effet négatif pour les comptes de la sécu. En réponse à la crise des Gilets jaunes, Emmanuel Macron avait invité « tous les employeurs qui le peuvent » à verser une prime de fin d’année exceptionnelle, exonérée de toutes les cotisations et contributions sociales d’origine légales ou conventionnelles. La prime était défiscalisée jusqu’à 1 000€, entraînant une baisse de recette pour la Sécurité sociale.
  • L’exonération des cotisations sur les heures supplémentaires dès le 1er janvier, ainsi que la baisse du taux de la CSG pour une partie des retraités ont également aggravé le déficit. La Commission des comptes affirme que ces mesures ont coûté « respectivement 1,2 milliard et 1,5 milliard d’euros ».

Les prévisions ne laissent pas non plus présager une embellie des comptes pour 2020 : la croissance économique moins rayonnante que les prévisions annoncées, ou encore les actions prévues en faveur des retraités (dont le coût total est estimé à 1,5 milliard d’euros) ont leur part de responsabilité.

Lire sur Previssima, HCFiPS : le retour à l’équilibre de la sécurité sociale n’aura pas lieu en 2019

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.