Complémentaire santé : 95 % des personnes étaient déjà couvertes avant la généralisation

PUBLIÉ LE :
Complémentaire santé : 95 % des personnes étaient déjà couvertes avant la généralisation
Fotolia

Selon une étude de la DREES (1) publiée aujourd’hui, près de 5 % personnes ne bénéficiaient pas d’une complémentaire santé en 2014.

Parmi elles, les chômeurs, les inactifs en âge de travailler et les jeunes actifs sont les plus touchés.

En cause, principalement la question des revenus, et ce, malgré l’existence de dispositifs d’aide pour les personnes en situation précaire (CMU-C, ACS).

Avant même la généralisation de la complémentaire santé d’entreprise de 2016, une grande majorité des salariés étaient couverts par un contrat santé en 2014.

En fonction de l’âge, du sexe, ou encore de la catégorie professionnelle, les contrats santé collectifs sont moins répandus.

Enfin, en 2014, les bénéficiaires des contrats santé collectifs étaient globalement plus satisfaits des prestations offertes par leur contrat santé.

Les jeunes, les moins couverts par une complémentaire santé en 2014

En 2014, près de 9 % des jeunes âgés de 20 à 29 ans, n’étaient pas couverts par une complémentaire santé.

Le taux de personnes disposant d’un contrat santé augmente avec l’âge ; il passe ainsi à 95 % après 60 ans, en dépit d’une tarification spécifique élevée liée à l’âge.

Par ailleurs, le taux de bénéficiaires de la CMU-C se réduit fortement avec l’âge : il passe de 13 % chez les moins de 10 ans, à 2 % chez les 60/69 ans et est nul pour les tranches d’âge suivantes. Cette faible proportion de séniors bénéficiant de la CMU-C s’explique par le fait que les personnes âgées percevant l’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) dépassent le plafond d’éligibilité à la CMU-C.

La grande majorité des actifs en emploi, couverts par une complémentaire santé en 2014

Les actifs exerçant un emploi étaient très largement couverts par un contrat de complémentaire santé en 2014 :

  • 97 % des salariés du secteur privé : 70 % bénéficient d’un contrat santé collectif et 25 % d’entre eux sont couverts par un contrat individuel
  • 88 % des travailleurs indépendants : contrat Madelin, etc.
  • Plus de 95 % des salariés du secteur public bénéficient d’une couverture santé

Concernant la CMU-C, sont couverts :

  • 5,5 % des travailleurs indépendants
  • 3,3 % des salariés du privé
  • 1,3 % des salariés du secteur public

Les contrats santé collectifs plus ou moins répandus en fonction des salariés

L’étude montre que selon l’âge, le sexe ou la catégorie professionnelle, la complémentaire santé d’entreprise est moins répandue.

Sur le plan de la catégorie professionnelle, déclarent être couverts par un contrat collectif :

  • 87 % des cadres
  • 77 % des professions intermédiaires
  • 69 % des ouvriers qualifiés
  • 65 % des employés administratifs
  • 53 % des employés du commerce
  • 51 % des ouvriers non qualifiés

Lorsqu’ils sont couverts par un contrat santé d’entreprise, les personnes les moins qualifiées le sont pour une certaine part, au titre d’ayants droit :

  • 33 % des employés du commerce
  • 24 % des employés administratifs
  • 22 % des ouvriers non qualifiés

En totalité, 15 % des salariés du privé sont couverts par un contrat collectif d’entreprise en qualité d’ayant droit.

Par ailleurs, le nombre de salariés du privé disposant d’une couverture complémentaire collective varie en fonction de l’âge. Ainsi, 60 % des salariés âgés de moins de 30 ans disposent d’un contrat santé collectif, contre 70 % chez leurs homologues âgés de 30 à 60 ans.

La plus grande proportion de contrats courts (CDD) chez les moins de 30 ans, explique sans doute ce phénomène.

Au niveau du sexe, 66 % des femmes dont couvertes par un contrat santé collectif contre 73 % des hommes. Cet écart s’explique en partie une question de catégorie professionnelle : on trouve plus de femmes chez les employés administratifs et de commerce et plus de cadres chez les hommes.

Les bénéficiaires d’un contrat santé collectif globalement plus satisfaits de leurs prestations

En 2014, 78 % des salariés du privé détenteurs d’une couverture complémentaire santé collective se disent satisfaits des remboursements des dépassements d’honoraires contre 60 % des salariés du privé qui disposent d’un contrat individuel, 63 % des indépendants, 53 % des retraités et 51 % des salariés du secteur public.

Concernant les frais d’optique, 81 % des salariés du privé avec un contrat collectif se disent satisfaits de leurs remboursements, contre 57 % pour les autres salariés du privé et les indépendants, et 50 % environ pour les retraités et les salariés du secteur public.

Enfin pour les frais dentaires, 71 % des salariés du privé disposant d’une couverture santé collective étaient satisfaits, en 2014 de leurs remboursements contre 50 % pour les autres salariés du privé et les indépendants, et 46 % environ pour les retraités et les salariés du secteur public.

Contrat santé : plus de changements opérés chez les jeunes en 2014

10 % des titulaires d’un contrat santé déclarent avec changé d’organisme ou de contrat santé au sein du même organisme au cours des 12 derniers mois. Les principaux motifs de ces changements de contrat sont :

  • Le changement de situation professionnelle : 29 %
  • Le coût trop élevé du précédent contrat : 25 %
  • Les garanties inadaptées du précédent contrat : 10 %

Les changements de contrats sont plus fréquents en assurance collective (13 % des cas) qu’en individuelle (8 % des cas).

Les jeunes de moins de 30 ans sont plus concernés par ce type de changements, généralement à cause d’une évolution de la situation professionnelle.

(1) Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.