Comment le gouvernement souhaite retarder les départs à la retraite dès 2020 ?

PUBLIÉ LE :
Comment le gouvernement souhaite retarder les départs à la retraite dès 2020 ?
Adobe Stock

Jeudi 25 avril, Emmanuel Macron présentait ses conclusions sur le grand débat national lors de la première conférence de presse de son mandat. Plusieurs mesures phares concernent la retraite. Le Président a en effet mis fin à la cacophonie gouvernementale autour de l’âge de la retraite en annonçant que l’âge légal restera fixé à 62 ans.

Toutefois, le mot d’ordre du Chef de l’État est « on doit travailler plus longtemps, pour la bonne raison que l’on vit plus longtemps ». Il présente l’allongement de la durée de travail comme une hypothèse légitime pour financer la baisse de l’impôt sur le revenu, qu’il souhaite diminuer significativement.

Deux voies sont privilégiées : un système de décote/surcote qui incite à travailler plus longtemps et/ou une accélération du passage de 41,5 à 43 ans de cotisation pour bénéficier du taux plein.

Ces mesures seraient mises en place dès 2020, soit 5 ans avant la mise en place du régime universel en points.

Instauration d’un mécanisme de décote de 4 % avant 64 ans

Actuellement dans le régime de base, pour bénéficier d’une retraite à taux plein, l’assuré doit partir à la retraite après l’âge de 62 ans en ayant cotisé un certain nombre de trimestres déterminé par la génération. En deçà, la pension de retraite est minorée (décote), au-dessus, elle est majorée (surcote).

Le mécanisme envisagé par le gouvernement viendrait s’ajouter au système de décote/surcote actuel, avec l’instauration d’un âge de référence, ou « âge pivot », qui pourrait être de 64 ans. Cette nouvelle décote affecterait la pension d’un coefficient de minoration de 4 % par an et, contrairement aux récentes mesures prises dans le nouveau régime de retraite complémentaire AGIRC-ARRCO, de manière permanente. Ce coefficient pourrait également augmenter vers l’âge pivot pour diminuer ensuite.

Accélération du passage de 41,5 ans à 43 ans pour le taux plein

Une autre piste, envisagée par le gouvernement, est l’accélération de la réforme Touraine qui prévoit le passage de 41,5 à 43 ans pour accéder à l’âge du taux plein.

En effet, la loi du 20 janvier 2014 prévoit l’allongement, génération par génération, de la durée d’assurance requise pour obtenir une retraite à taux plein. Dans ce système, la durée de cotisations est relevée d’un trimestre tous les trois ans, à partir de 2020. L’objectif est d’atteindre, d’ici 2035, 172 trimestres de cotisations, soit 43 ans, pour les générations nées à partir de 1973.

Accélérer cette réforme signifierait que ces paramètres de cotisation (172 trimestres ou 43 ans) incomberaient non plus aux générations nées à partir ou après 1973, mais celles nées dès 1967 qui ont actuellement un effort de 170 trimestres à fournir pour bénéficier du taux plein.

Retrouvez votre âge de départ à la retraite, votre âge du taux plein et votre durée d'assurance avec notre simulateur :

Pour connaître en détail les mesures proposées par Jean-Paul Delevoye, il faudra attendre le mois de juillet, date à laquelle il rendra son rapport, pour un projet de loi présenté à la fin de l’été.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.