Les données de santé ne sont pas anonymisées selon la Fédération des Médecins de France

PUBLIÉ LE :

Le gouvernement vient de communiquer récemment sur louverture des données du Système national des données de santé (SNDS) aux organismes exerçant une mission de service public.

Dans un communiqué du 13 avril 2017, la Fédération des Médecins de France (FMF) s'oppose à l'accès rendu libre aux données de santé des français et met en garde les professionnels de santé et les assurés contre la protection très approximative de la confidentialité sanitaire qui en découle.

La FMF alerte :

  • Du risque élevé de perte de confidentialité de leurs données personnelles, soit en raison du piratage, soit en raison du nombre élevé de personnes potentiellement concernées par l'accès aux données du SNDS. La Commission nationale informatique et liberté (CNIL) a elle-même estimé que « le niveau de sécurité envisagé ne sera pas atteint au lancement du traitement SNDS en mars 2017 ». Bien que la loi prévoie un agrément très sévère pour les hébergeurs de données de santé, les mini serveurs de données, de radiologie ou de biologie, permettant un accès rapide aux résultats, ne sont pas tous agréés, et leur  accès est très  modérément protég
  • Des risques de discrimination sur critère de santé des employeurs, des assurances, des banques, des mutuelles ou de tout autre organisme ayant intérêt à récupérer des données statistiques sur la santé de certaines catégories de la population. La FMF rappelle ainsi que toute structure, privée ou publique, à but non lucratif ou lucratif, peut avoir accès au SNDS. Nul doute que les conclusions des études issues de « la recherche » basées sur les données médico-sociales de la population française pourront ainsi servir aux compagnies d'assurance à adapter leurs tarifs en fonction des « cases » dans lesquelles entre l'assuré, par exemple
  • Du risque de conclusions hâtives et généralistes d'études portant sur des données à caractère uniquement médical, ne prenant en compte ni l'environnement immédiat du patient, ni son hérédité familiale, ni son historique. Ces bases de données mises à disposition du grand public risquent d'accentuer le phénomène d'autodiagnostic et d'influencer les prises de décision du patient

® fotolia

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.