Baromètre cancer 2015 : mise à jour de la perception des risques de cancers liés au tabagisme

PUBLIÉ LE :
Baromètre cancer 2015 : mise à jour de la perception des risques de cancers liés au tabagisme
Fotolia

En France, en 2015, plus de 66 000 cas de cancers sont attribuables au tabac chez les adultes âgés de 30 ans et plus. Le tabac est ainsi constitutif du premier facteur de risque de cancers évitable en France, responsable de 28 % des nouveaux cas de cancers chez les hommes et 8 % chez les femmes. Concernant la mortalité, la dernière estimation datant de 2013 décompte 73 000 décès dus au tabac.

L’étude Baromètre Cancer de Santé publique France et l’Institut national du cancer ont interrogés les Français sur leurs attitudes et comportements par rapport au tabac, partant du principe que les perceptions sur le tabagisme pouvaient influencer le comportement des fumeurs, à l’instar des politiques de préventions et mesures de lutte anti-tabac.

Dans un contexte de stabilité du nombre de fumeurs depuis 2010, l’étude Baromètre cancer 2015 a pour objectif la mise à jour de la perception des risques de cancer liés à la consommation de tabac et des opinions vis-à-vis du tabagisme en 2015.

Les principaux enseignements du Baromètre 2015 sont les suivants :

  • 90 % des Français considèrent que fumer du tabac favorise l’apparition d’un cancer
  • 90 % des Français estiment être bien ou très bien informés sur les effets du tabac sur la santé.
  • 12 cigarettes par jour : c’est, en moyenne, la réponse à la question « à partir de combien de cigarettes par jour un fumeur risque-t-il d’avoir un cancer dû à la cigarette ? »
  • 16, 5 ans : nombre d’années passées à fumer où la moyenne des Français pense que le risque devient élevé d’avoir un cancer
  • 74,2 % des fumeurs quotidiens craignent d’avoir un cancer dû au tabac
  • Seuls 30,6 % des fumeurs ont abordé la question du tabac avec un médecin lors d’une consultation au cours des douze derniers mois et la moitié d’entre eux se sont vu proposer une aide au sevrage tabagique par leur médecin. A ce titre, la conclusion du Baromètre 2015 indique qu’il serait important que les professionnels de santé participent à l’effort de prévention menée par les politiques publiques.

L’étude souligne que les différences socioéconomiques observées concernant le risque perçu des effets du tabagisme persistent en 2015. En effet, le risque perçu est plus faible parmi les personnes les moins diplômées et ayant les plus bas revenus. De même pour le sentiment d’être bien informé sur les effets du tabagisme.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.