AT/MP : en 20 ans, le nombre de cancers d’origine professionnelle a été multiplié par 3,6

PUBLIÉ LE :
AT/MP : en 20 ans, le nombre de cancers d’origine professionnelle a été multiplié par 3,6
Adobe Stock

Les expositions professionnelles seraient à l’origine de 5,7 % des cancers chez l’homme et 1 % des cancers chez la femme. Le nouveau rapport « santé travail : enjeux & actions » de l’Assurance maladie sur les risques professionnels, paru ce jeudi 11 avril, révèle que, sur la période 2013-2017, plus de 50 000 maladies professionnelles ont été reconnues par an dont 1 800 cancers, principalement chez des ouvriers retraités et en lien avec l’amiante.

En 20 ans, le nombre total de cancer reconnus d’origine professionnelle a été multiplié par 3,6 : il est passé de 540 cas en 1998 à 1 940 cas en 2017.

Les cancers liés à l’amiante sont prépondérants

Les cancers d’origine professionnelle liés à l’amiante sont prépondérants : 80 % sur la période 2013-2017. Il s’agit principalement de cancers du poumon (70 % des cas) et de mésothéliomes (30 % des cas).

Hors amiante, les cancers professionnels reconnus se répartissent au sein de 18 tableaux de maladies professionnelles distincts. Ils concernent principalement des cancers de la vessie, des cancers naso-sinusiens et des leucémies.

Selon le rapport de l’Assurance maladie, 95 % des cancers d’origine professionnelle sont reconnus par le système des tableaux de maladies professionnelles. Les 5 % restant, qui représentent environ 90 cas par an, sont reconnus par le système complémentaire.

Les personnes les plus touchées sont les hommes retraités issus de la classe ouvrière

Les hommes sont particulièrement touchés par les cancers liés à l’activité professionnelle (96 % des cas), il s’agit principalement d’ouvrier (80 % des cas). Selon l’Assurance maladie, c’est lié au secteur de l’emploi qu’ils occupent plus majoritairement.

L’âge moyen de la reconnaissance de la maladie est de 68 ans, il s’agit donc principalement de personne à la retraite.

Les entreprises les plus concernées par les cancers professionnels ont plus de 250 salariés dans 53 % des cas et appartiennent aux secteurs de :

  • La métallurgie (39 %)
  • Du BTP (24 %)
  • L’industrie chimique et du secteur du bois (9 % chacun)

Enfin, les cancers reconnus d’origine professionnelle se concentrent dans la moitié nord de la France.

80 % des rentes sont versées aux ayants droit

Seuls 20 % des bénéficiaires de rentes viagères liées à des cancers professionnels sont les personnes atteintes de ce cancer. En réalité, 80 % des rentes sont versées aux ayants droit (souvent le conjoint) de personnes décédées de leur cancer.

Le montant annuel moyen de la rente viagère est d’environ 17 000 €.

En tout, la prise en charge par la branche AT/MP des cancers liés à l’activité professionnelle représente 1,2 milliards d’euros par an.

Quels outils pour les entreprises ?

D’après l’Assurance maladie, la prévention à l’exposition des risques chimiques reste l’une des principales priorités de la convention d’objectif et de gestion de la branche AT/MP 2018-2022 dans le cadre des plans nationaux en cours (plan cancer, plan national santé environnement, plan santé au travail). Elle s’inscrit dans le nouveau programme national de prévention « Risques Chimiques Pros ».

Pour permettre aux entreprises d’évaluer les risques liés aux produits chimiques et les inciter à investir dans des équipements qui protègent leurs salariés, l’Assurance maladie met à leur disposition :

  • L’outil SEIRICH
  • Des fiches techniques d’aide au repérage et à la substitution des cancérigènes ainsi que des recommandations élaborées par les partenaires sociaux
  • Plusieurs aides financières réservées aux entreprises de moins de 50 salariés : entre 2015 et 2018, 4 200 entreprises ont bénéficié (chaque année) de ces aides pour un montant total annuel de 26 millions d’euros

Comment renforcer la prévention des cancers « professionnels » ?

L’Assurance maladie souhaite renforcer le suivi, le dépistage et l’accompagnement des salariés exposés, car une part des cancers d’origine professionnelle n’est pas déclarée par les assurés, principalement parce qu’un trop grand lapse de temps s’écoule entre l’exposition et la survenue du cancer (20-40 ans).

L’origine professionnelle de la maladie peut ne pas être établie pour d’autres raisons :

  • Le caractère multifactoriel de certains cancers
  • L’absence d’information des médecins traitants
  • Les liens restreints des salariés avec les services de santé au travail
  • La méconnaissance des salariés des risques et de leurs droits
  • Le découragement des assurés devant la complexité des démarches administratives

Or, lorsque la maladie n’est pas déclarée d’origine professionnelle, cela prive le malade d’une rente.

Pour lutter contre ces non-recours, l’Assurance maladie souhaite mettre en place, dès 2019, des expérimentations concernant :

  • Des contrôles médicaux réalisés par les médecins conseils de l’Assurance maladie
  • Un dispositif d’aide à la déclaration des maladies professionnelles avec un accompagnement personnalisé de la déclaration

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.