APL en temps réel : 41 % des allocataires perdants, les jeunes actifs particulièrement impactés

PUBLIÉ LE :
APL en temps réel : 41 % des allocataires perdants, les jeunes actifs particulièrement impactés
Adobe Stock

Depuis janvier 2021, le calcul des allocations logement (APL, ALS et ALF), qui bénéficient à presque 6 millions de ménages, est modifié. Le droit à ces prestations n’est plus basé sur les revenus perçus deux ans plus tôt, mais en prenant compte des ressources des 12 derniers mois, avec une réactualisation tous les 3 mois : c’est le principe de la contemporanéisation des aides au logement.

Une étude interne de la Caisse nationale des allocations familiale (CNAF), dont Les Echos a pu prendre connaissance, révèle que la réforme des APL en temps réel a fait 41 % de perdants pour 26 % de gagnants. Une tendance également constatée dans une étude réalisée par l’Union nationale pour l’habitat des jeunes (UNHAJ), qui s’inquiète de l’impact de cette réforme sur les jeunes.

Si à l’heure actuelle aucune étude gouvernementale n’a été publiée sur le sujet, le cabinet d’Emmanuelle Wargon (ministre déléguée au Logement) a annoncé le 7 juin 2021 qu’une information devrait être diffusée dès que le les chiffres de la CNAF et de la MSA sur l’impact de la réforme seront consolidés, et après la période de réserve liée aux élections régionales. Probablement d’ici juillet.

Une économie substantielle pour l’État

750 millions. C’est le montant de l’économie que devrait réaliser l’État en 2021 grâce à la réforme. Et cette économie a forcément une incidence sur les droits de personnes les plus précaires :

  • En janvier 2021, le nombre de bénéficiaires des APL chutait de 8,4 %
  • 41 % des allocataires observaient une baisse de leur allocation
  • 12 % de ces 41 % voyaient leur allocation baisser alors même que leur APL aurait dû augmenter si la réforme n’avait pas eu lieu
  • Pour 32 % des allocataires, la réforme est neutre
  • Seuls 26 % des allocataires ont vu leur allocation augmenter en janvier 2021

Ces informations ont été évoquées lors du dernier conseil d’administration de la CNAF, le 1er juin dernier. Elles ne pourront être détaillées qu’en juillet, après approbation de son Conseil d’administration.

Des chiffres à l’encontre de ce que le gouvernement avançait dans sa communication pré-réforme. Le 20 novembre dernier, Emmanuelle Wargon assurait que la réforme des aides au logement allait « permettre d’être plus juste. L’allocation va s’adapter à la situation la plus récente. Cela soutiendra le pouvoir d’achat des plus fragiles (…) un nombre important de ménages verront leurs aides augmenter ». Raté.

Un fort impact sur les jeunes

Dans un récent communiqué de presse, L’UNHAJ faisait part de son inquiétude quant à l’impact de la réforme des APL en temps réel sur les jeunes. Le réseau Habitat jeunes s’est doté d’un dispositif d’observation de ses activités et du public accueilli et/ou logé et, à la suite de l’analyse de ses propres données, a fait le constat suivant :

Il ressort que la contemporanéisation de la prise en compte des ressources des allocataires impacte particulièrement les jeunes. En raison d’un effet de rattrapage brutal, tous sont perdants et ce quel que soit leur niveau de ressources. D’après les données de l’étude menée par l’UNHAJ, les plus impactés par la baisse des APL sont les jeunes actifs dont les revenus sont proches du SMIC (entre 800 et 1 300 €) pour lesquels elle s’élève en moyenne à 95 € par mois. Pour l’ensemble des jeunes, la baisse moyenne est de 38,50 € par mois .

Face à ce constat inquiétant, l’UNHAJ appelle à mettre en place un mécanisme compensatoire pérenne pour protéger les jeunes actifs les plus précaires.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.