Allocation autonomie, RSA jeunes, chômage : les propositions de l’UNEF aux candidats à la présidentielle

PUBLIÉ LE :
Allocation autonomie, RSA jeunes, chômage : les propositions de l’UNEF aux candidats à la présidentielle
Adobe Stock

L’Union syndicale des étudiants de France (UNEF), principale organisation syndicale étudiante, a présenté le 26 novembre dernier un livre blanc intitulé, « les 15 priorités pour les jeunes en 2022 ».

A travers ce document, le syndicat souhaite interpeller les candidats à la présidentielle quant aux difficultés économiques rencontrées au quotidien par la population étudiante, exacerbées par ailleurs par la crise sanitaire.

Ce livre est construit autour de 3 axes : « nous donner les moyens de vivre et d’étudier », « permettre à tous d’accéder et de réussir les études supérieures » et enfin « garantir un avenir à la jeunesse et à la planète ».

Création d’une allocation autonomie universelle, ouverture du droits au RSA aux jeunes de moins de 25 ans, revenir sur la réforme de l’assurance chômage, etc. Retour sur les mesures les plus notables.

Création d’une allocation autonomie universelle

L’UNEF propose de créer une allocation autonomie universelle d’un montant minimal de 1 063 € par mois, qui correspond au seuil de pauvreté en 2021. Cette allocation, gérée par le CROUS, pourrait être versée jusqu’aux 8 mois suivants la date d’obtention du diplôme en l’absence d’embauche afin d’accompagner l’insertion professionnelle des jeunes diplômés.

Le dispositif pourrait être accessible dès la candidature dans un établissement d’enseignement supérieur, à travers la plateforme de préinscription dans le supérieur, messervicesetudiant.gouv.fr.

Cette allocation se distinguerait du système de bourse actuel (dont le montant maximal s’élève à 573,60 €/mois) puisque son versement ne serait pas conditionné aux revenus des parents.

Selon les calculs de l’UNEF, le coût du dispositif s’élèverait à 35 milliards d’euros sur 12 mois, financé par l’État et la solidarité nationale.

Revalorisation et ouverture du droit au RSA aux jeunes de moins de 25 ans

L’UNEF rappelle que France est l’un des seuls pays en Europe où les minima sociaux ne sont pas accessibles aux jeunes âgés de moins de 25 ans.

L’organisation estime que la droit au revenu de solidarité active doit être accessible à l’ensemble des jeunes sans études, sans formation, ni emploi, pour ainsi permettre de prémunir contre la précarité, les jeunes ne bénéficiant plus de l’allocation d’autonomie universelle, en d’autres termes, ayant terminé leurs études et la période de 8 mois couverte par l’allocation d’autonomie.

Par ailleurs, l’UNEF appelle à une revalorisation du RSA pour atteindre progressivement le seuil de pauvreté.

Améliorer l'accessibilité aux allocations chômage pour les jeunes

La réforme de l’assurance chômage dont les dernières mesures sont entrées en vigueur ce mercredi 1er décembre, prévoit un allongement de la durée d’affiliation nécessaire pour accéder aux allocations chômage, à savoir 6 mois au cours des 24 derniers mois contre 4 mois auparavant.

D’après l’UNEF, cet allongement des conditions d’éligibilité est source de difficultés pour les jeunes, souvent obligés de passer par des contrats courts au début de leur insertion professionnelle, ce peut les exclure du droit au chômage. Le syndicat milite pour une accessibilité aux allocations chômage à 80 % du salaire d’origine, et ce, dès le premier mois travaillé, mais également pour l’ouverture d’une accessibilité aux allocations chômage, après les études, aux étudiants salariés ayant cotisé pendant leurs études.

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.