Absentéisme au travail : plus du tiers des salariés français arrêtés au moins une fois dans l’année

PUBLIÉ LE :
Absentéisme au travail : plus du tiers des salariés français arrêtés au moins une fois dans l’année
Fotolia

D’après une étude sur l’ampleur de l’absentéisme en France, publiée ce mercredi par l’assureur privé Malakoff Médéric, 34,1 % des salariés ont été absents au moins 1 fois au cours de l’année pour raison médicale, pour une moyenne de 35,3 jours d’absence par salarié absent/an.

Les chiffres montrent que le taux d’absentéisme pour raisons médicales diffère selon la tranche d’âge, la catégorie socio-professionnelle, le secteur ou la taille de l’entreprise.

Enfin, un « phénomène émergeant » ressort de l’étude : 1 salarié sur 5 renoncerait à prendre un arrêt maladie prescrit par le médecin.

Les 30-39 ans sont les plus concernés par l’absentéisme

Alors que la population des 30-39 ans est la plus concernée par l’absentéisme, avec 37,8 % des salariés ayant eu au moins un arrêt de travail dans l’année (contre un taux de 28,5 % pour les moins de 30 ans, 34,3 % pour les 40-49 ans et 36,1 % pour les plus de 50 ans), il convient de noter que la durée moyenne de leur absence est inférieure à la moyenne nationale (29,5 jours contre 35,5 jours).

Ce taux d’absentéisme peut trouver sa source dans le fait que les trentenaires doivent souvent concilier responsabilités familiales et vie professionnelle.

En outre, l’enquête démontre que l’absentéisme augmente significativement avec l’âge, allant de 22,8 jours pour les moins de 30 ans à 50,8 jours pour les plus de 50 ans.

Cette relation entre augmentation de l’âge et absentéisme peut s’expliquer par le développement de maladies chroniques, d’usure professionnelle ou par la proportion plus élevée du nombre de salariés aidants familiaux chez les 50 ans et plus.

Les arrêts maladie touchent davantage les ouvriers que les cadres

Il existe un lien entre catégorie socio-professionnelle et absentéisme pour raisons de santé.

Ainsi, les ouvriers restent la population la plus touchée par l’absentéisme : en 2016, 40,7 % d’entre-eux ont été absents au moins 1 fois dans l’année, pour une moyenne de 41,2 jours d’absence par salarié absent.

A contrario, chez les cadres, on compte 27,8 % d’absents pour une durée de 25,9 jours en moyenne.

L’industrie/BTP et la santé : les secteurs les plus touchés par l’absentéisme

Avec respectivement 38,9 % et 38,5 % des salariés arrêtés au moins une fois dans l’année, l’industrie/BTP et la santé sont les secteurs où l’absentéisme est le plus élevé.

En outre, avec 41 jours d’absence en 2016, le secteur de la santé remporte la palme de la durée moyenne d’absence par salarié absent la plus longue.

Par ailleurs, il existe une corrélation entre absentéisme et taille de l'entreprise. Ainsi, 28,5 % des salariés des entreprises de moins de 10 salariés ont eu au moins un arrêt de travail pour raisons de santé au cours de l'année 2016 contre 36,1 % dans celles de plus de 5 000 salariés.

19 % des salariés renoncent à s’arrêter

En 2016, près d’1 salarié sur 5 a déclaré avoir renoncé à un arrêt maladie prescrit par son médecin traitant. Parmi ces arrêts maladie, 7 % « ont été pris mais pas en totalité » et 12 % « n'ont pas été pris ».

Les principales raisons invoquées sont qu'il n'est « pas dans (leurs) habitudes de se laisser aller » (48 %), qu’il y a une « peur d'être surchargé de travail au retour » (29 %) ou de se « sentir contraint par la hiérarchie » (22 %).

Pourtant, 39 % de ces salariés « regrettent » après coup de ne pas avoir respecté l'arrêt maladie prescrit, tandis que 65 % d'entre eux disent être conscients de l'impact de leur refus sur la « baisse de leur productivité au travail » et sur la « qualité de leur travail ».

Cet article issu de Previssima.fr est soumis au droit d'auteur, protégé par un logiciel anti-plagiat. Toute reproduction, rediffusion ou commercialisation totale ou partielle du contenu, sans l’autorisation expresse de la société Previssima, est interdite. Les informations diffusées sur Previssima.fr (hors forum, commentaires et annuaire) sont toutes vérifiées par un service juridique spécialisé. Toutefois, Previssima ne peut garantir l'exactitude ou la pertinence de ces données. L'utilisation des informations et contenus disponibles sur l'ensemble du site ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de Previssima.